Anticipez la mise à l'herbe ! La mise à l’herbe est une période sensible dans le cycle de production du troupeau. Elle déterminera en partie la réussite de la reproduction. Aussi, pour que vous et vos animaux passiez une saison de pâturage sereine, nous vous avons fait l'inventaire des points utiles à contrôler à cette période. Contrôlez que vos vaches soient pleines Que la repro se fasse par insémination ou en monte naturelle, les échographies plein/vides se font à partir de 35 jours après la fécondation. Dès ce stade, on a un bon degrès de précision pour les constats de gestation.

titre de la fenêtre 

Anticipez la mise à l'herbe !

La mise à l’herbe est une période sensible dans le cycle de production du troupeau. Elle déterminera en partie la réussite de la reproduction. Aussi, pour que vous et vos animaux passiez une saison de pâturage sereine, nous vous avons fait l'inventaire des points utiles à contrôler à cette période.

Contrôlez que vos vaches soient pleines

Que la repro se fasse par insémination ou en monte naturelle, les échographies plein/vides se font à partir de 35 jours après la fécondation. Dès ce stade, on a un bon degrès de précision pour les constats de gestation.

Les échographies permettent :

 

  1. d'identifier rapidement les vaches improductives afin d'éviter de les conserver inutilement dans le troupeau, ce qui représente une charge. En effet, si une vache est diagnostiquée vide avant la mise à l’herbe, vous pouvez choisir, selon vos objectifs, de la remettre à la reproduction rapidement ou de la réformer.
  2. d'identifier des problèmes de fertilité d'un taureau lorsque l'on est en présence d'un lot de femelles cyclées mais vides. En cas de doute, vous pouvez faire contrôler vos taureaux pour confirmer leur aptitude à féconder.
  3. de diagnostiquer les jumeaux, ainsi ces vaches pourront faire l'objet d'une attention particulière avant et au moment du vêlage.
  4. d’apprécier la viabilité du fœtus.
  5. de déterminer les stades de gestation des femelles pleines (1er tiers, milieu, dernier tiers), grâce à l'aspect et à la taille que présentent les embryons. De cette façon on peut prévoir les futures périodes de vêlage avec une bonne précision. C'est une précieuse information pour mettre en lot les femelles et avoir une gestion optimale de leur conduite : rationnement, surveillance des vêlages, etc...

Les échographies apportent une aide à la décision pour :
 

  • le choix des femelles à réformer.
  • la planification des dates d’abattage.
  • l’allotement des femelles par période de vêlage.

Le parage

Un parage est à effectuer sur tout bovin qui présente des signes d’alerte. Le parage permet de vérifier l’absence de lésion et de gérer la pousse de la corne. La santé des pieds des animaux est essentielle à leur locomotion au pré et fait partie des paramètres qui entrent en compte dans la gestion globale de la reproduction.

Transition alimentaire de la mise à l’herbe

La mise à l’herbe est un changement important dans l’alimentation des vaches. En effet, La ration hivernale est composée de fourrages conservés (foin, enrubannage, paille, ensilage), qui sont riche en matière sèche, énergie et cellulose, mais pauvre en azote soluble. A l’inverse, les caractéristiques de l’herbe jeune sont, une faible teneur en cellulose et en amidon ainsi qu’une grande richesse en eau, azote et sucres solubles.

De fait, le changement d’alimentation, induira des perturbations chez les ruminants : le rumen renferme une population microbienne en équilibre avec le substrat présent dans la panse. Ce substrat est fonction de la composition chimique et physique de la ration, aussi tout changement d’alimentation entrainera une modification de ce substrat et donc une perturbation de la population microbienne pendant au moins 15 jours.

Apporter de la cellulose sous forme de foin ou de paille

La composition de l’herbe au printemps, justifie donc un rééquilibrage grâce à un apport de cellulose. En cas d’excès d’azote soluble dans la ration, les animaux présentent une diarrhée profuse, signe d’un transit trop rapide. Une bonne partie de la valeur nutritive de l’herbe est alors perdue. Dans l’idéal, la meilleure transition serait une mise à l’herbe progressive étalée sur 3 semaines... Cela est rarement possible en élevage allaitant. C’est pourquoi, la mise à disposition de foin ou de paille est fortement recommandé, même si les animaux en mangent peu.

Réduire les risques de mortalité embryonnaire

Les risques de mortalité embryonnaire sont particulièrement élevés dans les 7 premiers jours après la fécondation. En effet, par rapport à la ration hivernale, les premières pousses d’herbe sont riches en azote soluble. Aussi, l’excès d’azote peut entraîner une alcalose et de ce fait, être à l’origine d’un environnement de l’utérus, défavorable au maintien de la gestation.
Une mortalité embryonnaire entraînera un allongement de l’intervalle vêlage- vêlage et augmentera le nombre de vaches de réformes. Pour ces raisons, il faut donc limiter au maximum tout stress métabolique pour l’animal et réaliser une mise à l’herbe progressive.

Complémentation minérale des vaches

Bien que la tétanie d’herbage soit peut fréquente chez les vaches allaitantes, une complémentation minérale peut s'avérer efficace et contribue à l'équilibre métabolique des animaux.
La mise à l’herbe, l’absence de concentrés, la possibilité d’épisodes froids et pluvieux, sont autant de facteurs de risques de tétanie, l’absence de sel étant un facteur aggravant. En effet, l’herbe jeune est souvent pauvre en minéraux importants comme le sodium et le magnésium. Afin de prévenir la tétanie d’herbage, un apport de sel et une complémentation en magnésium à la mise à l’herbe seront la base d’une prévention efficace.
Plusieurs formules existent et sont adaptées à vos différentes conduites d’élevage (bolus, seau à lécher, …). Pensez aussi à mettre à disposition du sel, à volonté et toute l’année.

Préventions des pathologies liées à la mise à l’herbe

Pour maîtriser la productivité numérique du troupeau, quelques précautions pour limiter les pertes à la mise à l'herbe :

La myopathie-dyspnée ou « raide »

Pour les veaux les changements autour de la mise à l’herbe sont importants et par conséquent générateur de stress : nouvel environnement, nouveau lot, alimentation. Les veaux passent du bâtiment où ils ont une activité limitée dans un environnement sécurisé ; à celui du pré où ils auront une activité musculaire importante. Ces conditions peuvent favoriser la myopathie-dyspnée ou « raide ». Aussi, afin de prévenir le « raide », il est recommandé d’apporter une complémentation en sélénium. Plusieurs solutions s’offrent à vous, que ce soit par voie injectable ou par voie orale avec des bolus (ex : Caps Form) ou des Supplément oligo-vitaminique (ex : Fortan Vo Selenium).
Demandez conseil à votre vétérinaire

Prévention de l’entérotoxémie

L’entérotoxémie est due à la prolifération de bactéries anaérobies (clostridium), les animaux meurent rapidement, empoisonnés par les toxines produites par ces bactéries en excès. Les toxines traversent la paroi intestinale et créent des lésions le plus souvent irréversibles au niveau de différents organes (foie, rein, rate...).
Les causes de l’apparition de l’entérotoxémie sont multiples : tous les facteurs pouvant provoquer une perturbation trop rapide du contenu digestif (modification du pH, vitesse du transit intestinal...) notamment une transition alimentaire mal gérée, un excès d’azote soudain dans la ration, ou de forts écarts de température entre le jour et la nuit.
L'évolution de la maladie est très rapide et fatale, cela implique de miser au maximum sur la prévention : respect de la transition alimentaire et vaccination contre l’entérotoxémie (vu son faible coût).
Demandez conseil à votre vétérinaire

Références Biblio

×

Accès à mon espace

Identification en cours...