La santé des pieds en élevage laitier La santé du pied un facteur déterminant dans la productivité du troupeau et la réussite de la reproduction. La santé du pied représente un enjeu de taille !!! le coût de cette pathologie s’élève à plus de 200 € /vache/ an dans les élevages ou la fréquence de cas cliniques est élevée. Les boiteries en élevage laitier ne sont pas un phénomène rare. Elles représentent la 3 ème pathologie détectée en élevage après les ma

titre de la fenêtre 

La santé des pieds en élevage laitier

La santé du pied

un facteur déterminant dans la productivité du troupeau et la réussite de la reproduction.

La santé du pied représente un enjeu de taille !!!  le coût de cette pathologie s’élève à plus de 200 € /vache/ an dans les élevages ou la fréquence de cas cliniques est élevée. Les boiteries en élevage laitier ne sont pas un phénomène rare. Elles représentent la 3ème pathologie détectée en élevage après les mammites et l’infécondité. Aussi, il est essentiel de maîtriser la santé du pied pour assurer la productivité des vaches et la rentabilité de l’exploitation.

Principales causes des boiteries

Les boiteries traduisent un trouble de l’appareil locomoteur : pour se soulager de la douleur, l’animal adopte une démarche anormale. Les boiteries peuvent être causées par une multitude de facteurs. 90% d’entre elles sont d’origine podale (du pied), et sont associées à cinq maladies principales : la fourbure, le fourchet, la maladie de Mortellaro, le panaris et l’abcès de la sole.

Impacts des boiteries sur la reproduction

Les boiteries réduisent l'observation des chaleurs, perturbent le cycle ovarien et entrainent une baisse de la production.

L'observation et la détection des chaleurs est une étape essentielle pour la réussite de la reproduction, qui nécessite un investissement journalier important en termes de temps de travail. Or, même si l’éleveur consacre du temps à cette observation, et même s’il y a une activité ovarienne normale, une vache qui souffre ne sera pas aussi démonstrative dans l’expression de ses chaleurs qu’une vache en pleine santé. De fait on constate moins de chevauchements des vaches qui souffrent des pieds.

Hors période de chaleurs, les boiteries peuvent également conduire les animaux à limiter leurs déplacements. Cela conduit dans ce cas à une ingestion de ration moindre et à un amaigrissement des vaches. (NEC < 3 ou 3.5) Cela a pour conséquence une baisse de la production, et une prolongation de l’anoestrus. De plus, le stress chronique engendré par les boiteries est un facteur perturbateur du contrôle hormonal conditionnant le cycle de reproduction des femelles.

Les boiteries ont une influence réellement néfaste et coûteuse sur les paramètres de fécondité et de fertilité. Elles réduisent notablement les taux de réussite à l’insémination. Les IVV et les intervalles vêlage IA fécondante sont rallongés, fatalement les taux de gestation sont plus bas.

Facteurs de risque et prévention

L’habitat, l’alimentation et la conduite sanitaire du troupeau constituent les 3 principaux facteurs de risque de boiterie.

Comme mesure de prévention, il est recommandé :

  1. de veiller à l’hygiène des aires de vie des animaux,
  2. de limiter les risques traumatiques
  3. de respecter les apports alimentaires pour éviter
  • les cas d’acidoses,
  • de déficits énergétiques,
  • de carences en minéraux.

Un parage régulier et des traitements du pied adaptés sont bien entendu préconisés.

Références Biblio

×

Accès à mon espace

Identification en cours...