La préparation au vêlage La préparation au vêlage est un moment clé dans la conduite d’élevage, parce qu’elle conditionne pour beaucoup, les aspects mécaniques du vêlage, la santé du futur veau, puis le retour des fonctions de reproduction. 3 bonnes raisons de soigner la préparation au vêlage Mécanique Favorise la tonicité des muscles lisses (col de l’utérus, vagin, vulve) Favorise les contractions dynamiques Favorise l’expulsion du veau sans ou peu d’aide Limite les risques sanitaires liés (non délivrance, métrite)

titre de la fenêtre 

La préparation au vêlage

La préparation au vêlage est un moment clé dans la conduite d’élevage, parce qu’elle conditionne pour beaucoup, les aspects mécaniques du vêlage, la santé du futur veau, puis le retour des fonctions de reproduction.

3 bonnes raisons de soigner la préparation au vêlage

Mécanique

  • Favorise la tonicité des muscles lisses (col de l’utérus, vagin, vulve)
  • Favorise les contractions dynamiques
  • Favorise l’expulsion du veau sans ou peu d’aide
  • Limite les risques sanitaires liés (non délivrance, métrite)

Santé

  • Veau vif, tonique
  • Colostrum riche qui déterminera pour l’essentiel l’immunité active du veau
  • Une immunité passive élevée

Reproduction

  • Appareil génital dynamique, tonique
  • Développement  folliculaire soutenu
  • Reprise du cycle plus rapide
  • Intervalle vêlage-vêlage amélioré

Du point de vue sanitaire

La consommation d’un colostrum de bonne qualité et en quantité suffisante, est extrêmement importante puisqu’il s’agit d’assurer à l’animal de bonnes défenses immunitaires. Un apport minéral et vitaminique adéquat durant les 2 mois précédent le vêlage est indispensable.
Avec l’appui de votre vétérinaire sanitaire, un protocole de vaccination doit être défini pour lutter contre un certain nombre de maladies (RS, grippes, BVD, … FCO) et définir le moment le plus opportun pour l’efficacité du vaccin... ou pas.

Une gestion raisonnée du parasitisme

En ce qui concerne les maladies parasitaires, l’idéal est de mettre en place une utilisation raisonnée et raisonnable des antiparasitaires en ayant recours aux coproscopies, aux sérologies douve et aux dosages de pepsinogène.

Incidences économiques

Ci-dessous l’incidence économique de pathologies ou retards de reprise de cyclicité ovarienne. Certes la qualité de la préparation au vêlage, ne pourra pas expliquer à elle seule le développement ou non d’éventuelles pathologies. Par contre, il est certain que, globalement, la préparation au vêlage contribue à mettre les animaux dans les conditions optimales pour assurer successivement les fonctions essentielles, du vêlage, santé du veau, démarrage de production et fonction de reproduction

Coût moyen : (Source ENVT)

  • Métrite : 230 €/vache/an
  • Non délivrance : 240 €/vache
  • Retard d’un cycle : 60 €/vache
  • Diarrhée d’un veau : 150 €/veau

Mis en regard du coût que représente la préparation au vêlage ; 4 à 5 €/ vache allaitante et de 6 à 8 €/vache laitière, on peut affirmer que cette dépense constitue en fait un excellent investissement.

La phase de tarissement est déterminante

Particulièrement sensible en production laitière, la phase qui précède le vêlage permet de refaire les réserve des vaches. En vache allaitante, les mécanismes sont identiques, même si les risques de pathologies sont moindre du fait du mode de conduite et d’un départ de production laitière plus modeste. Les conséquences au niveau de la reprise de cycle sont par contre les mêmes.

Le tarissement est la phase où se prépare la lactation et la reproduction suivante. C’est aussi le moment de prévenir les troubles autour du vêlage.

  • C’est une période de repos qui doit permettre de couvrir les besoins d’entretien
  • Préparer la mamelle
  • Favoriser une bonne santé des vaches (santé du foie, des pattes…)
  • Limiter et prévenir les problèmes métaboliques du début de lactation (acétonémie, fièvre vitulaire, retournement de caillette)
  • Favoriser un bon démarrage de la lactation
  • Favoriser une croissance et une santé optimale du fœtus

Rôle de l’énergie

L’énergie joue un rôle déterminant dans la reproduction des vaches
Un déficit énergétique dans la ration a pour conséquence :

  • Retard et diminution de l’activité ovarienne,
  • Rétention placentaire, métrite, retard d’involution,
  • Absence de fécondation et mortalité embryonnaire,
  • Avortement et mortinatalité

Les besoins des vaches taries (Source Inra)

Vache laitière

7 à 9  UFL par jour

500 à 700 PDI par jour

12 à 15 kg MSI

Vache allaitante

5 à 6 UFL par jour

400 PDI par jour

8 à 10 kg MSI

Les ruminants ont besoin de fibres :

♦ Digestible : apports de glucides fermentescibles pour la production des AGV (énergie)
Mécanique : stimulation de la rumination et de la salivation permettant d’avoir de bonnes conditions de pH (>6)
En fin de gestation, il faut garder un volume de panse maximal par la fibre via la cellulose. Récupérer l’énergie de la fibre qui est très bien valorisée par l’animal et sécurisée.

         

Minéralisation

L'alimentation durant la phase de tarissement est l'occasion de reconstituer les réserves minérales qui seront fortement mobilisées lors du vêlage et du début de lactation.

Rôle de l’alimentation minérale en période de tarissement (source nutrition minérale des ruminants F. Meschy)

Phosphore, calcium :
      - gestion des réserves osseuses
      - prévention des fièvres de lait.
Magnésium : rétentions placentaires
Oligo-éléments et vitamines :
      - défense immunitaire
      - troubles péri-partum
      - transferts au veau (transplacentaires et via le colostrum)

Préparation au vêlage et à la reproduction

D'autres apports se révèlent utiles, ... mais les recommandations quantitatives font défaut : Bêta-carotène, vitamine du groupe B, hépatho-protecteurs. Dans le schéma ci-dessous, on voir qu'un déficit en béta-carotène se répercute sur la production foliculaire ce qui retardera d'autant la possibilité de féconder la vache.


 

Nos recommandation d'apport minéral avant le vêlage

       - Restriction de l’apport du Calcium avant le vêlage :
         les apports de la ration de base + complément minéral suffisent.
       - Apport suffisant de Mg jusqu’à 4 g/kg de MS
       - Apports de vit D3 chez les sujets à risque (VL haute productrice, vache à rang de vêlage élevé)
         entre 2 et 8 jours avant vêlage.

Cycle de mobilisation-restauration

Début de lactation : c’est la vache qui régule 
- Ingestion limitée (donc apport de Calcium limité) avec forte demande calcique,
- Capacité d’absorption intestinale relativement faible (± 25 %)

⇒ Forte mobilisation des réserves !

Deuxième partie de la lactation :
- Ingestion maximale avec moindre demande calcique
- Forte augmentation de l’absorption intestinale (> 40 %)

⇒ Il faut en profiter pour reconstituer les réserves !

 

 Rôle des minéraux dans la fonction de reproduction (source nutrition minérale des ruminants F. Meschy)

Infécondité : Zn, Se, Cu
Formation et développement des organes sexuels : Zn, Mn, Se
Cycles anormaux, chaleurs silencieuses : P, Zn, I, Cu
Avortements, durée de gestation anormale : I, Cu
Rétention placentaire : Mg, Ca, Se, Zn, I

En conclusion

L'alimentation minérale pendant le tarissement est une phase essentielle pour préparer la future lactation et la réussite de la reproduction, elle dure 6 à 8 semaines, 2 phases :
       1) Reconstitution des réserves durant les premières semaines
       2) réduction de l'apport calcique
L'apport de magnésium et d'oligo-éléments doit être assuré à un niveau optimum pendant toute la durée du tarissement.

Nos solutions produits

Procréatio fibra : pour optimiser l’assimilation des rations riches en cellulose

Procréatio PVg est la formule minérale spéciale vache tarie/préparation au vêlage. Sa composition minérale est de 4 de Phosphore, 5 de Calcium et 13 de Magnésium, qui correspond à l'apport nécessaire en phase de préparation au vêlage. Conditionné en granulés sac de 25kg ou big bag, il se distribue à raison de 150g/j pendant toute la durée du  tarissement des vaches laitières ou 1,5 mois minimum avant vêlage en vaches allaitantes.

Procréatio PVg est enrichi de l’actif FIBRA, un cocktail d’huiles essentielles intégrées dans cette formule pour améliorer le fonctionnement du rumen. FIBRA favorise la multiplication des colonies de bactéries cellulolytiques et stimule les activités de digestion enzymatique des fibres, permettant ainsi une meilleure valorisation de la ration par les vaches.

Consultez la fiche technique

Elle a pour effet d’augmenter la digestibilité des fourrages riches en celluloses et l’assimilation des glucides :

  • En stabilisant le milieu ruminal pour une activité microbienne optimale
  • Stimuler la flore cellulotyque -> et valoriser la fibre digestible
  • Augmenter la digestibilité de la paroi du rumen
  • Augmenter la dégradabilité des NDF (parois végétales)

Les effets recherchés et constatés, sont :

  • Un meilleur transit : moins de fibres non digérées et de grains retrouvés dans les bouses
  • + d’énergie valorisée
  • Meilleur état corporel en préparation mise-bas
  • + de croissance des génisses : mise à la repro + rapide
  • Meilleur démarrage en lactation
  • Meilleure croissance du veau 

 Parasitisme : pensez PARAFORM B

PARAFORM B est un vermifuge 100% naturel qui diminue les infestations parasitaires à de faibles niveaux favorisant le développement de l’immunité antiparasitaire des ruminants.

+ d'infos sur PARAFORM B...

 
  • 0 temps d’attente
  • Appétant
  • Très facile d'utilisation grâce à son conditionnement granulé
  • Autorisé en agriculture biologique

TRIPLE ACTION efficace sur :

  • Strongles : gastro-intestinaux et respiratoires
  • Douves : Petites et grandes
  • Paramphistomes

 

Pour plus d’infos : questionnez votre inséminateur-conseil

Cliquez ici pour découvrir les offres spéciales préparation au vêlage

L’immunité du veau

Immunité passive/active + d'infos

Importance du tarissement

Importance des fibres
lors de la préparation au vêlage



Le magnésium joue un rôle important dans la fonction musculaire et favorise les contractions utérines permettant l’expulsion du placenta.
En cas de déficit le taux de rétention placentaire augmente fortement (Qu. et al, journal of dairy science Vol 97 No 7, 2014)

 

 

 

 

 

 

×

Accès à mon espace

Identification en cours...